Les taxis ou taksi à Istanbul

Pourquoi prendre un taxi à Istanbul

On ne compte plus les taxis à Istanbul, facilement repérables par leur couleur jaune, ils déambulent dans la ville en continu de jour comme de nuit. Il est impossible de ne pas en rencontrer, les taksi sont partout !

Le taxi est un moyen de locomotion très utilisé par les habitants d’Istanbul, peu cher il reste une facilité plus confortable que les transports en commun. Ici, les taxis s’arrêtent d’un simple signe de la main et ils ne font pas fine bouche lorsque vous leur indiquez votre destination, une petite distance reste une course.

La plupart des taxis à Istanbul sont de couleur jaune

Quelques règles à retenir

  • Le chauffeur met immédiatement son compteur en fonction. S’il ne le fait pas (ce qui est très rare), n’hésitez pas à lui rappeler qu’il s’agit de la loi. Autrement, descendez et prenez un autre taxi. Ce n’est pas ce qui manque à Istanbul !

Soyez attentif que le compteur fonctionne dans les taxis d’Istanbul

  • La course commence avec quelques livres turques (TL) d’avance, soit 4 TL
  • N’importe quel trajet, même très court, vous coûtera 10 livres turques (TL). Il s’agit du minimum pour un taxi à Istanbul
  • Les chauffeurs ont généralement des difficultés à comprendre les étrangers donc nous vous recommandons d’écrire sur un papier votre lieu de destination, d’autant plus si celui-ci est compliqué ou imprononçable
  • Il existe plusieurs formes de taxi à Istanbul : taxi classique, familial, VIP (taxi bleus bien plus confortables et un peu plus cher)

Les taxis bleus à Istanbul sont plus confortables mais un peu plus chers

  • Dès votre arrivée à l’aéroport, une flambée de taxis vous attendront, “ils se situent tout juste devant les portes” et des sympathiques racoleurs seront également là pour vous aider en vous indiquant les taxis libres

C’est la queue pour prendre le taxi à l’aéroport d’Istanbul 

  • Pas de supplément à payer pour les bagages
  • Les animaux doivent rester dans une cage ou dans un panier, rares sont ceux qui acceptent de les laisser en laisse ou en liberté dans le véhicule
  • A Istanbul, les passages du pont sont payants : il faut compter 8 TL de plus au prix de la course

Le prix vaut le spectacle saisissant de traverser le pont du Bosphore de nuit

  • Les tarifs sont les même de jour comme de nuit
  • Vous pouvez payer en espéce un taxi à Istanbul mais essayez de ne pas avoir un trop gros billet car les taxis disposent rarement de la monnaie et la carte bancaire est rarement acceptée
  • Les taxis laissent la lumière dans le véhicule la nuit pour éviter les agressions des clients problématiques
  • Les taxis à Istanbul sont non-fumeurs, sauf autorisation du chauffeur
  • Le passager peut monter à côté du chauffeur sans la moindre gêne, c’est plutôt commun
  • Mettre sa ceinture va de soi mais cette règle n’est pas toujours appliquée dans les taxis à Istanbul
  • Le chauffeur peut accepter plus de 4 passagers exceptionnellement, par exemple un enfant sur les genoux d’un adulte mais jamais à l’aéroport car trop de contrôles de police existent aux alentours
  • Les taxis affichent leur numéro d’immatriculation sur le toit de leur voiture afin de permettre aux hélicoptères de les détecter en cas de problème
  • C’est la guerre contre Uber, comme partout dans le monde

L’application Uber n’est pas utilisable en Turquie

  • Les taxis qui sont mis à disposition par les hôtels à Istanbul ne sont pas plus chers que les autres
  • Les centres commerciaux sont également un lieu où on trouve beaucoup de taxis. Des valets sont là pour vous aider mais l’attente peut souvent être longue donc gardez bien votre place dans la queue car vous risquez de vous faire doubler très facilement
  • A la sortie du restaurant, le caissier peut appeler un taxi pour vous sans aucun problème ni gêne
  • Les chauffeurs féminins sont presque inexistants
  • Proche des lieux touristiques, soyez vigilant sur le compteur en marche et n’accepter aucun prix verbalement, ce sera à coup sûr une arnaque.

En bref

Le chauffeur peut être propriétaire de son taxi, ou bien locataire. Comme partout dans le monde, la plaque TAKSI donne le droit de travailler officiellement et elle coûte extrêmement cher. Il s’agit là d’un lourd investissement.

Soyez sûr que le trajet en taxi à Istanbul est toute une aventure, vous passerez du chauffeur bavard qui raconte sa vie et qui par la même occasion se renseignera sur la vôtre, à celui qui sera politisé et revendiquera haut et fort des convictions à celui qui ne dira pas un mot, à croire qu’il a perdu sa langue ! Attendez-vous au fumeur, au pilote de rallye, au DJ qui mettra la musique à fond en se croyant tout seul dans son véhicule, le méticuleux qui reluira son taksi avant chaque départ, le voyou repenti qui ne cachera pas qu’il sort de prison et le supporter inconditionnel de football et j’en passe et des meilleures !

Durant votre séjour, vous pouvez télécharger l’application « iTaksi » qui vous permettra de commander votre taxi à distance tout en le localisant sur le plan. Le véhicule le plus proche viendra vous chercher dans les plus brefs délais. vous pouvez payer en carte bancaire ou bien en espéces, il s’agit d’une très bonne application de la mairie d’Istanbul.

Logo d’iTaksi

Comment reconnaître un “iTaksi” dans la rue à Istanbul ou “kolay taksi” (taxi facile)

Les taxis ou taksi sont à Istanbul un moyen de transport facile, peu cher, et pratique !

 Séverine K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.